Actualités - Octobre 2018

le .

2015 11 24 News

Actualités en santé publique :

Avis du HCSP et place des offreurs de soins en prévention

La stratégie de transformation de notre système de santé, mise en exergue par les politiques publiques ces dernières années, vise à effectuer un virage de notre système vers plus de prévention et de promotion de la santé.

Ce virage s’exprime légalement via la loi de modernisation du système de santé du 26 janvier 2016 (LMSS) et la stratégie nationale de santé (SNS) de 2018-2022.


C’est à ce propos que la Direction générale de la santé (DGS) et la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) ont saisi l’an passé le Haut Conseil de la Santé Publique concernant la place des offreurs de soins dans la prévention.

De nombreuses instances ont été auditionnées en vue de participer à la réflexion autour de cet avis, dont le CLiSP. Suite à ces travaux, plusieurs pistes ont été proposées par le HCSP en vue de structurer les pratiques préventives et d’améliorer leur qualité et leur pertinence.

Parmi les actions proposées, le HCSP propose notamment de structurer en régions l’organisation territoriale des missions de prévention et promotion de la santé des offreurs de soins, de doter les offreurs de soins de référentiels nationaux de pratiques en prévention et promotion de la santé, et de mettre en place à moyen terme, au sein des territoires, des pôles d’animation et de coordination territoriaux en santé (PACTeS).

Source : HCSP

 

Canicule de l’été 2018

L’été 2018 a été marqué par une canicule s’étendant du 24 juillet au 8 août. Au plus fort de cet épisode, 67 départements étaient en vigilance orange, représentant 70% de la population métropolitaine. Au niveau national, cette canicule présente des caractéristiques climatiques plus intenses et sévères que 2006 mais loin des caractéristiques d’août 2003.

Durant les premières semaines d’août, on observe plus de 5000 passages aux urgences pour pathologies en lien avec la chaleur. Environ 60% de ces passages aux urgences ont donné lieu à une hospitalisation. Si l’impact est plus important chez les plus de 75 ans, toutes les classes d’âges sont concernées. Durant cette même période 4 cas d’accidents du travail mortels pouvant être liés à la chaleur ont été notifiés à Santé Publique France par l’Inspection Médicale du Travail.

Environ 1500 décès en excès ont été observés, soit une surmortalité de 15,0 %. Les 75 ans et plus représentent plus de la moitié des décès.

La prévention de l’impact de la chaleur doit encore être améliorée sur l’ensemble de la période estivale et renforcée pendant les canicules.

Source : Santé publique France

 

Ma Santé 2022

Le plan santé « Ma Santé 2022 » annoncé par le Président de la République, la Ministre de la Santé et la Ministre de l’Education le 18 septembre 2018 a mis l’accent sur le décloisonnement de notre système de santé.

Cette volonté décloisonnement s’exprime via des mesures clés : le virage de la tarification à l’activité vers une tarification orientée vers les parcours de soins, la création de 400 postes de médecins généralistes à exercice partagé ville/hôpital, le recentrage des hôpitaux de proximité via une labellisation spécifique, la création des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) ainsi que la création de 4000 postes d’assistants médicaux et du métier d’infirmier de pratique avancée

Le Dr Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes de France (AMUF) commente : « C'est un discours politique révolutionnaire. [Le président] a souligné le vrai problème sur l'accès aux soins, la répartition des tâches, les maisons médicales de garde, les soins non programmés. Dont acte ! Il relance la permanence des soins, c'est inespéré concernant les urgences. »

Du côté des étudiants, plusieurs organisations représentatives, telles que l’ANEMF, les syndicats d’internes et de jeunes praticiens ont globalement salué le plan, tout en pointant plusieurs points de vigilance ou d’inquiétude.

L’une des mesure phares de ce plan, à savoir la suppression attendue du numérus clausus et de la PACES a été applaudie, même si le futur système de sélection reste flou. Les représentants d’étudiants pointent notamment le risque d’une sélection dissimulée et répartie en plusieurs examens étalés dans le temps, sur des critères encore à définir.

Sources : Ministère des Solidarités et de la Santé / Le Quotidien du médecin

Le système d’approvisionnement des médicaments en tension

Depuis plusieurs années, la France, ainsi que beaucoup de pays de l'OCDE, fait face à des situations récurrentes et de plus en plus fréquentes de ruptures de stock et de tensions d'approvisionnement concernant les médicaments et les vaccins.

Ces situations de pénuries peuvent conduire à des pertes de chances pour les patients et mettent en tension la confiance déjà précaire dans notre système de santé.

Malgré la présence en France d'un arsenal juridique solide et fortement renforcé au cours des six dernières années, la réglementation ne permet pas d'agir sur l'origine des ruptures lorsque celles-ci interviennent en amont de la distribution du médicament, particulièrement si la décision émane d’une instance hors UE.

Ce constat de perte d'indépendance sanitaire française et européenne a été soulevé par le sénateur Jean-Pierre Decool qui a de fait rédigé un rapport mettant en lumière cette situation et proposant des propositions pour y faire face.

Source: Société Française de Santé Publique

 

Rapports / avis / articles d’intérêt :

Publications de journaux :

Newsletters :

Séminaires :