Actualités - Mars 2019

Écrit par Pierre BALAYE le . Publié dans Infos

2015 11 24 NewsActualités en santé publique :

148 millions de dollars US...

...c’est la somme qui a été demandée en urgence aux donateurs engagés dans la riposte contre la flambée d’Ebola en République Démocratique du Congo par le directeur général de l’OMS (le Dr Tedros), afin que l’agence puisse poursuivre son travail et éviter un retour en arrière. Au 26 janvier, moins de 10 millions de dollars US avaient été promis.

La situation est problématique à plusieurs points de vue, le Dr Tedros la qualifiant comme étant « sans précédent » et que « jamais il ne s’est produit une flambée d’Ebola dans de telles conditions, avec une population très mobile et de nombreuses lacunes du système de santé ».

Sur le plan sécuritaire, la situation est également compliquée avec l’attaque récente d’un établissement de santé géré par Médecins Sans Frontière à Katwa.

Pour autant la riposte sanitaire contre la flambée d’Ebola se poursuit, le Dr Tedros soulignant qu’il est de la responsabilité de tous de mettre fin à cette flambée.  

Source : OMS

Antalgiques opioïdes : l’ANSM publie un état des lieux de la consommation en France

Alors qu’aux États-Unis la crise des opioïdes ne cesse de faire parler d’elle, l’ANSM publie un rapport sur la consommation des antalgiques opioïdes en France, dans le cadre de sa démarche de surveillance globale de l’utilisation des médicaments utilisés dans la prise en charge de la douleur.

Ainsi l’agence note qu’en l’espace de dix ans, la consommation d’antalgiques opioïdes a augmenté. Mais cette augmentation s’inscrit dans la politique d’amélioration de la prise en charge de la douleur, notamment des plans ministériels de lutte contre la douleur ayant été mis en place depuis 1998.

Néanmoins, l’agence observe également une augmentation du mésusage ainsi que des intoxications et des décès liés à l’utilisation des antalgiques opioïdes, qu’ils soient faibles ou forts, sans que la situation ne soit pour autant comparable à celle observée en Amérique du Nord.

L’enjeu, pour les autorités sanitaires françaises, consiste à sécuriser au mieux l’utilisation des antalgiques opioïdes sans restreindre leur accès aux patients qui en ont besoin.

Source : ANSM (le rapport)

Quelles performances pour le programme de dépistage organisé du cancer du sein en France ?

Cancer féminin le plus fréquent en France (59 000 nouveaux cas estimés en 2017) et première cause de mortalité chez la femme (environ 12 000 décès par an), le cancer du sein fait l’objet en France d’un programme de dépistage depuis 2004.

Ce programme est organisé au niveau national par la Direction générale de la santé (DGS), en collaboration avec l’Assurance maladie et l’Institut national du cancer (INCa). Au niveau régional, il est organisé par les agences régionales de santé (ARS) et au niveau départemental par des structures de gestion du dépistage. Les données recueillies chaque année sont transmises à Santé publique France, afin de constituer la base de données nationale du programme et d’en calculer les indicateurs nationaux et intra-nationaux afin d’en produire l’évaluation épidémiologique.

C’est cette évaluation qui a été publiée en février de cette année pour la période 2004-2014 et  dont Santé publique France livre les résultats.

Source : Santé publique France (le rapport)

Un senior à domicile sur cinq aidé régulièrement pour les tâches du quotidien

En 2015, 3 millions de personnes, âgées de 60 ans ou plus et vivant à domicile, déclarent être aidées régulièrement pour les activités de la vie quotidienne. Elles reçoivent le plus souvent une aide pour le ménage et les courses.

L’aide peut être représentée par des membres de la famille et/ou par des professionnels. Alors que les seniors les plus autonomes sont aidés en majorité uniquement par leur entourage, l’aide mixte devient prépondérante pour les plus dépendants. Il est à noter que 50% des seniors aidés le sont uniquement par leur entourage. Le nombre d’aidants augmente avec le niveau de dépendance.

Parmi les personnes aidées, une femme sur cinq et presqu’un homme sur deux le sont uniquement par leur conjoint.

Ces chiffres ont été obtenus d’après l’enquête Capacités, aides et ressources des seniors (CARE) de la DREES qui interroge 15 000 personnes à domicile.

Source: DRESS

Rapports/avis/articles d’intérêt:

Publication de journaux:

 

Newsletters:

 

Séminaires:

Embryons génétiquement modifiés : le CCNE appelle à une gouvernance renforcée au niveau mondial