9ème Congrès National Santé et Environnement - 5 et 6 décembre 2018 - Montpellier

le . Publié dans A venir

Maj 06/06/18 : prolongation de l'appel à communications et ouverture des inscriptions

Affiche congres SFSE 2017 sans logosEnvironnements intérieurs, vers une approche intégrée des risques et bénéfices pour la santé

Dans les pays industrialisés, la population passe la majorité de son temps dans des espaces clos, y compris au travail. Les risques et bénéfices pour la santé associés à ces environnements font l’objet d’une attention croissante tandis que la recherche se développe.

Des injonctions en apparence contradictoires peuvent susciter des interrogations de la part du public et des professionnels : performance énergétique et qualité de l’air intérieur ; aération et pollution extérieure ; matériaux bas carbone et potentiel d’émission de polluants... Les offres commerciales de dispositifs de mesure ou d’appareils d’épuration censés améliorer la qualité de l’air intérieur ajoutent à la confusion.

De surcroît, les évaluations de risques sont habituellement limitées à un unique agent, alors que les environnements intérieurs exposent simultanément à des agents physiques, chimiques, biologiques variés dont la nature et la concentration évoluent. La multiplicité des produits, l’évolution des comportements et des usages, l’essor de nouvelles technologies, comme les nano-objets, accroissent la complexité.

Le congrès veut rassembler les professionnels, les scientifiques et les décideurs. En effet, la pluridisciplinarité est indispensable pour une approche intégrée des risques et bénéfices liés aux environnements intérieurs. Il s’agit de répondre en particulier aux questions suivantes :

  • Quelles connaissances récentes et méthodologies innovantes, tant en évaluation des risques et bénéfices qu’en sciences sociales, éclairent ces enjeux de santé ?
  • Comment concilier transition énergétique, bas carbone et qualité sanitaire des environnements intérieurs ?
  • Où se situe l’équilibre entre les rôles de la puissance publique, des professionnels, des usagers pour améliorer la qualité des environnements intérieurs ?

Inscriptions : ouvertes du 5 mai au 30 novembre 2018

Pré-programme

European Congress of Epidemiology 2018 - 4>6 juillet - Lyon

le . Publié dans Passés

2018 05 euroepiDuring the last two decades, health crises have often been related to epidemics of infectious diseases. However, a crisis can be economical, political, humanitarian, ecological, or associated with a major acute or chronic health event. Whatever the circumstances of crises and their consequences in the short, medium and long term, health is rarely spared, especially in the most vulnerable populations.

Crises invariably result from multiple factors, the respective contributions of which are challenging to identify and quantify. Health-related outcomes therefore need to be studied using appropriate methods, and epidemiologists play a key role in providing valid information to public authorities. Providing a relevant epidemiological analysis of crises is indeed essential for establishing appropriate and proportionate control measures, but also for anticipating the future, in terms of both the direct consequences of the crisis and our ability to use the experience acquired to improve public health policies.

Crises can have a major impact on populations, and be incompletely resolved before a secondary related crisis occurs in the same population. Health matters, including control measures and access to care, can then be key issues.

We hope that this congress will provide opportunities to explore these issues in depth. Other topics will be also presented, including the epidemiology of chronic diseases, infectious diseases, methodological issues, quantitative and qualitative analysis, vaccine impact, access to care, etc. Efforts will be made to share expertise and education with junior epidemiologists.

Ultimately, these results need to be beneficial for populations, whatever their daily life situation.

We hope you find the congress interesting, and that you can find some time to visit the lovely Lyon area.

Informations et inscriptions : www.euroepi2018.com

Les internes lyonnais vous proposent programme social et aide au logement autour de cet événement !
Si vous êtes intéressés, contactez les avant le 27 mai à association.spl@gmail.com

Soumission des résumés pour le CAiSP 2018

le . Publié dans News

 2018 clispro

Le CliSPro 2018 se déroulera les 27 et 28 Juin 2018 à Paris et sera suivi de l'AG du CliSP le 29 Juin.
C'est un évènement tourné vers le monde professionnel qui se compose d'une journée de formation et d'un forum professionnel. Comme chaque année, c'est lors de cet événement que se tiendra aussi le 9ème Congrès Annuel des internes de Santé Publique (CAISP).

C’est donc l’occasion de faire connaître votre travail et vous former !
Les jeunes internes pourront faire leur première présentation orale devant un public bienveillant, et les internes plus expérimentés se perfectionner dans cet exercice particulier. Sans oublier la possibilité de gagner le prix du congrès ou le prix spécial décerné pour le travail d'un jeune interne (1er et 2ème semestre) !

Pour participer, vous pouvez dès maintenant envoyer vos résumés à l’adresse caisp@clisp.fr.

Le nombre de mots est limité à 250.

La fin des soumissions est fixée au 11 Juin à minuit. Le jury, constitué d’internes ou de jeunes médecins de santé publique, sélectionnera ensuite les travaux retenus. Les résultats de la soumission seront communiqués au plus tard le 18 Juin.

Le système d’évaluation est adapté pour que tous les travaux, y compris les études qualitatives ou hors du champ de la recherche, aient toute leur place dans la compétition pour le prix.

Par ailleurs, et comme chaque année, les résumés sélectionnés seront publiés dans le bulletin du CliSP qui paraîtra en octobre prochain.
Si vous ne souhaitez pas faire de présentation et que vous êtes en 5e semestre ou plus avancé dans votre cursus, vous pouvez participer au jury du CAiSP. Juger ses pairs de façon objective est une tâche ardue, mais très enrichissante…
Pour faire partie du jury, faites-vous connaître en nous écrivant également à l’adresse caisp@clisp.fr

Nous attendons vos contributions !

L'équipe du CAiSP

Actualités - Mai 2018

le . Publié dans Infos

2015 11 24 News

Actualités en santé publique :

CHU de Guadeloupe :
Cinq mois après l'incendie, la remise sur pied de l'hôpital s'organise. Rappel des faits : le 29 novembre 2017 un incendie s'est déclaré dans un local technique de la tour sud du CHU de Pointe-à-Pitre : la maternité, les urgences, la réanimation et 4 blocs opératoires ont été détruits. La propagation de la fumée dans l'ensemble de la tour a entrainé le déclenchement d'un plan blanc et l'évacuation de tout le personnel et de 460 patients en 2h. (Photos) La prise en charge des patients s'est poursuivie grâce à la mise en place d'un hôpital provisoire et de délocalisations dans d'autres centres hospitaliers sur tout le territoire. (Point début décembre) Après une fermeture pendant plus d'un mois et suite à plusieurs malaises chez des professionnels, les services ayant réintégré la tour sud ont été sujets de mesures de protection supplémentaires, notamment le confinement des zones exposés et de la ventilation centrale. La directrice de l’ARS a présenté le jeudi 29 mars 2018 une proposition de plan de réorganisation pour le nettoyage du site. La première phase prévoit une décontamination / réhabilitation complète de la tour nord après délocalisation des services. La seconde phase n'est pas encore fixée mais consistera en une délocalisation totale ou partielle dans le nouveau CHU dont la construction a, par conséquent, été avancée. Le temps de transition est actuellement estimé à 18 mois.
Sources : CHU Guadeloupe : Délocalisation / Reconstruction // ARS : Rapports d'experts

Qualité de vie des étudiants en santé :
Commandé fin juillet à la psychiatre Donata Marra, le rapport sur la qualité de vie des étudiants en santé a été rendu à Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé et Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ainsi qu'au public le 3 avril. Cette demande fait suite à l'article publié dans la JAMA en 2016 et à l'enquête nationale sur la santé mentale des jeunes médecins menée par les associations d'étudiants et internes en médecine l'année dernière. Le rapport s'appuie des auditions de représentants des étudiants et d'experts, et étudie à la fois la formation théorique, les stages, mais également la vie universitaire dans sa globalité, en abordant des thèmes transversaux tels le harcèlement ou la formation des encadrants. Il démontre à nouveau une forte présence d'anxiété et de dépression parmi les étudiants, ainsi qu'un haut taux de suicide. Les 2 ministres ont ainsi pu formuler 15 mesures en faveur du bien-être des étudiants en santé. Certaines sont à mettre en place sans délais : mise en place de cellules au niveaux local, régional et national, module transversal concernant les risques psycho-sociaux inclus dans la formation... tandis que d'autres seront à prendre en compte dans la réflexion engagée pour une transformation profonde des études de santé : disparition de l’iECN dans sa forme actuelle, orientation progressive des étudiants en santé avec création de passerelles... Les deux ministres ont chargé le Professeur Antoine Tesnière, la députée du Loiret Stéphanie Rist et l’interne en médecine générale Isabelle Riom de mener les consultations sur ce chantier. Des premières orientations seront rendues en mai.
Sources : Rapport Donata Marra // Les 15 engagements // Nominations des responsables // Discours de Mme Buzyn au Sénat // article Le Monde // Rapport de l'enquête santé mentale 2017

Journée européenne des droits des patients :
Le 18 avril a été l'occasion pour Agnès Buzyn de rappeler que "la démocratie sanitaire ne se résume pas à la présence de représentants d’usagers au sein d’instances de gouvernance : il faut aussi les impliquer davantage sur la pertinence et la qualité des services rendus, des soins reçus et s’appuyer sur eux pour faire émerger des « patients experts »". Les 5 lauréats de l’édition 2018 du concours national « Droits des usagers de la santé » ont également été annoncés. Ce concours s’inscrit depuis 2011 dans un dispositif global qui intègre une labellisation de projets œuvrant à la connaissance et au renforcement de ces droits. C'est ainsi 75 labels qui ont été attribués par les ARS parmi les 180 projets déposés dans 13 régions participantes depuis l'édition précédente. Les gagnants ont été choisis pour leurs côtés modélisables, transposables et particulièrement innovants. Cette journée a également été l'occasion d'informer les usagers sur leurs droits en santé au travers de plus de 200 manifestations locales par des multiples acteurs tels que centres hospitaliers, Ehpad, associations de patients...
Sources : Annonce des 5 lauréats // Label-concours Droits des usagers de la santé // France Assos Santé

Communiqué : Plus de médecins de santé publique pour répondre aux enjeux du système de santé

le . Publié dans Publications

Bordeaux, le 27 avril 2018

En décembre 2017, à l’issue d’un processus de concertation de plusieurs mois, la France s’est dotée d’une Stratégie Nationale de Santé 2018-2022 dont son axe prioritaire affirme le déploiement d’une politique de promotion de la santé en incluant la prévention dans tous les milieux et tout au long de la vie. Le 26 mars dernier, le Plan National de Santé Publique, déclinaison opérationnelle de ce premier axe, était présenté lors d’un Comité interministériel pour la santé, dans les locaux de Santé publique France.

Réunis en séminaire annuel national de formation à Bordeaux du 24 au 27 avril, les internes de santé publique ont profité de ces trois jours pour interroger les enjeux de prévention actuels et à venir. Comment construire des politiques publiques concertées et coordonnées favorables à la santé ? Comment injecter davantage de prévention dans le système de soins et développer les pratiques cliniques préventives ? Quel modèle de financement et d’évaluation pour les actions de prévention ?

Parce qu’ils sont résolument tournés vers une approche collective, les médecins de santé publique travaillent à la préservation de l’état de santé qu’ils conçoivent comme un capital susceptible d’être entamé par les tumultes de l’existence. Conscients de leur responsabilité populationnelle, la lutte contre les inégalités sociales et territoriales de santé est au coeur de leur pratique professionnelle et ils oeuvrent à faire émerger des environnements de vie favorables à la santé.

Fort d’une formation de quatre années d’internat au cours desquelles ils alternent notamment entre des stages en milieu hospitalier, en équipe de recherche et en structures d’administration de la santé, les internes de santé publique acquièrent une connaissance approfondie du système de santé. A l’intersection des paradigmes, ils traduiront leur action dans l’intersectorialité en coopération avec de nombreux professionnels.

Le médecin de santé publique doit pouvoir trouver une place de choix dans l’effort de coordination des actions de prévention et de promotion de la santé. Il participe à la définition du diagnostic territorial de santé, à l’élaboration d’interventions fondées sur des données probantes et au transfert des connaissances, à orienter les actions pour répondre aux exigences du territoire, à formaliser les relations entre les dispositifs, les acteurs et les populations, à organiser des formations, à construire les outils de gestion et d’évaluation nécessaires, à élaborer une communication appropriée.

La réorientation du système de santé vers davantage de prévention doit évidemment se faire avec tous les acteurs, toutes les parties prenantes et surtout la population. Les médecins de santé publique, experts médicaux, doivent aussi prendre leur part dans le processus. La formation et la recherche en santé publique sont deux préalables indispensables à ce changement.

Pour répondre aux besoins d’aujourd’hui et de demain en médecins de santé publique, le Collège de liaison des internes de santé publique demande donc que le nombre de postes d’internes ouverts aux ECNi 2018 soit porté à 100.

le Clisp

Télécharger le communiqué

Editorial du président - Bulletin 35

le . Publié dans Editorial

2017 SylvainGautier

Nous sommes tous des girondins !

Comme l’usage le veut, il me revient d’introduire ce nouveau numéro du Bulletin du CliSP publié à l’occasion de la 14ème édition du séminaire annuel national de formation des internes de santé publique (SANFI). Cette année, nous nous retrouvons tous à Bordeaux, un « très bel endroit pour écrire une belle histoire » d’après Mary Higgins Clark. Un très bel endroit, en effet, pour accueillir un séminaire de formation ne serait-ce que parce que la ville a été désignée comme la moins stressante de France en 2017. Profitons donc de ces quelques jours d’un autre rythme pour découvrir la ville, admirer ses belles bâtisses et profiter de son patrimoine gastronomique, pour nous promener sur les quais de la Gironde, flâner place des Quinconces et déambuler rue Sainte-Catherine, pour déguster un cannelé ou encore gravir la tour Pey-Berland !

Ces trois jours de formation sont pour nous tous un rendez-vous important de l’internat, un moment propice à la réflexion et aux échanges, un instant suspendu que l’on garde en mémoire. Cette année, nous sommes invités à parler de prévention. C’est là une thématique intrinsèque à notre spécialité qui peut être interrogée sous tous les angles de nos spécialisations respectives. A cette fin, l’équipe bordelaise des internes et des universitaires nous a concocté un programme aux petits oignons. Je les remercie pour toute cette énergie dépensée au bénéfice de l’ensemble des internes et tout particulièrement Kevin Ouazzani qui n’aura pas ménagé ses efforts pour coordonner tout l’ensemble. Vous trouverez dans ce 35ème numéro du Bulletin un dossier complet sur le séminaire.

Bulletin 35 - Avril 2018

le . Publié dans Bulletins

bulletin35

Vous trouverez ici le numéro 35 du Bulletin du CliSP dont la parution a lieu à l’occasion du SANFI des 25-27 avril 2018, à Bordeaux.

Au programme de ce numéro :

  • Éditorial du Président
  • Retour sur le SANI de l’interrégion Nord-Est
  • Un dossier SANFI étoffé insistant notamment sur :
    - la place de la prévention et de la promotion de la santé dans la société d'aujourd'hui par le Pr Geneviève Chêne
    - l’évaluation en prévention et promotion de la santé par le Pr François Alla
    - les Big data en prévention et promotion de la santé par le Pr Rodolphe Thiébaut
    - la prévention à l'hôpital publique avec l’exemple du centre Artemis au CHU de Bordeaux par le Dr Fleur Delva
    - l’illustration de la BD au service de la santé communautaire par Edouard Hallet et Laure Garancher
  • Lecture : Santé mondiale : enjeu stratégique, jeux diplomatiques
  • Euronet MRPH : le mot de l'équipe française

 

 

Téléchargez le bulletin