Communiqué : Plus de médecins de santé publique pour répondre aux enjeux du système de santé

le . Publié dans Publications

Bordeaux, le 27 avril 2018

En décembre 2017, à l’issue d’un processus de concertation de plusieurs mois, la France s’est dotée d’une Stratégie Nationale de Santé 2018-2022 dont son axe prioritaire affirme le déploiement d’une politique de promotion de la santé en incluant la prévention dans tous les milieux et tout au long de la vie. Le 26 mars dernier, le Plan National de Santé Publique, déclinaison opérationnelle de ce premier axe, était présenté lors d’un Comité interministériel pour la santé, dans les locaux de Santé publique France.

Réunis en séminaire annuel national de formation à Bordeaux du 24 au 27 avril, les internes de santé publique ont profité de ces trois jours pour interroger les enjeux de prévention actuels et à venir. Comment construire des politiques publiques concertées et coordonnées favorables à la santé ? Comment injecter davantage de prévention dans le système de soins et développer les pratiques cliniques préventives ? Quel modèle de financement et d’évaluation pour les actions de prévention ?

Parce qu’ils sont résolument tournés vers une approche collective, les médecins de santé publique travaillent à la préservation de l’état de santé qu’ils conçoivent comme un capital susceptible d’être entamé par les tumultes de l’existence. Conscients de leur responsabilité populationnelle, la lutte contre les inégalités sociales et territoriales de santé est au coeur de leur pratique professionnelle et ils oeuvrent à faire émerger des environnements de vie favorables à la santé.

Fort d’une formation de quatre années d’internat au cours desquelles ils alternent notamment entre des stages en milieu hospitalier, en équipe de recherche et en structures d’administration de la santé, les internes de santé publique acquièrent une connaissance approfondie du système de santé. A l’intersection des paradigmes, ils traduiront leur action dans l’intersectorialité en coopération avec de nombreux professionnels.

Le médecin de santé publique doit pouvoir trouver une place de choix dans l’effort de coordination des actions de prévention et de promotion de la santé. Il participe à la définition du diagnostic territorial de santé, à l’élaboration d’interventions fondées sur des données probantes et au transfert des connaissances, à orienter les actions pour répondre aux exigences du territoire, à formaliser les relations entre les dispositifs, les acteurs et les populations, à organiser des formations, à construire les outils de gestion et d’évaluation nécessaires, à élaborer une communication appropriée.

La réorientation du système de santé vers davantage de prévention doit évidemment se faire avec tous les acteurs, toutes les parties prenantes et surtout la population. Les médecins de santé publique, experts médicaux, doivent aussi prendre leur part dans le processus. La formation et la recherche en santé publique sont deux préalables indispensables à ce changement.

Pour répondre aux besoins d’aujourd’hui et de demain en médecins de santé publique, le Collège de liaison des internes de santé publique demande donc que le nombre de postes d’internes ouverts aux ECNi 2018 soit porté à 100.

le Clisp

Télécharger le communiqué

Editorial du président - Bulletin 35

le . Publié dans Editorial

2017 SylvainGautier

Nous sommes tous des girondins !

Comme l’usage le veut, il me revient d’introduire ce nouveau numéro du Bulletin du CliSP publié à l’occasion de la 14ème édition du séminaire annuel national de formation des internes de santé publique (SANFI). Cette année, nous nous retrouvons tous à Bordeaux, un « très bel endroit pour écrire une belle histoire » d’après Mary Higgins Clark. Un très bel endroit, en effet, pour accueillir un séminaire de formation ne serait-ce que parce que la ville a été désignée comme la moins stressante de France en 2017. Profitons donc de ces quelques jours d’un autre rythme pour découvrir la ville, admirer ses belles bâtisses et profiter de son patrimoine gastronomique, pour nous promener sur les quais de la Gironde, flâner place des Quinconces et déambuler rue Sainte-Catherine, pour déguster un cannelé ou encore gravir la tour Pey-Berland !

Ces trois jours de formation sont pour nous tous un rendez-vous important de l’internat, un moment propice à la réflexion et aux échanges, un instant suspendu que l’on garde en mémoire. Cette année, nous sommes invités à parler de prévention. C’est là une thématique intrinsèque à notre spécialité qui peut être interrogée sous tous les angles de nos spécialisations respectives. A cette fin, l’équipe bordelaise des internes et des universitaires nous a concocté un programme aux petits oignons. Je les remercie pour toute cette énergie dépensée au bénéfice de l’ensemble des internes et tout particulièrement Kevin Ouazzani qui n’aura pas ménagé ses efforts pour coordonner tout l’ensemble. Vous trouverez dans ce 35ème numéro du Bulletin un dossier complet sur le séminaire.

Bulletin 35 - Avril 2018

le . Publié dans Bulletins

bulletin35

Vous trouverez ici le numéro 35 du Bulletin du CliSP dont la parution a lieu à l’occasion du SANFI des 25-27 avril 2018, à Bordeaux.

Au programme de ce numéro :

  • Éditorial du Président
  • Retour sur le SANI de l’interrégion Nord-Est
  • Un dossier SANFI étoffé insistant notamment sur :
    - la place de la prévention et de la promotion de la santé dans la société d'aujourd'hui par le Pr Geneviève Chêne
    - l’évaluation en prévention et promotion de la santé par le Pr François Alla
    - les Big data en prévention et promotion de la santé par le Pr Rodolphe Thiébaut
    - la prévention à l'hôpital publique avec l’exemple du centre Artemis au CHU de Bordeaux par le Dr Fleur Delva
    - l’illustration de la BD au service de la santé communautaire par Edouard Hallet et Laure Garancher
  • Lecture : Santé mondiale : enjeu stratégique, jeux diplomatiques
  • Euronet MRPH : le mot de l'équipe française

 

 

Téléchargez le bulletin

Les Rencontres de Santé Publique France 2018 - 29-31 mai - Paris

le . Publié dans Passés

Logo Sante publique franceSanté publique France organise les « Rencontres de Santé publique France » du 29 au 31 mai 2018. Ces 3 jours de conférences, d’ateliers et de sessions ont pour vocation le partage d’expérience en matière de veille sanitaire, d’actions de prévention et d’intervention.

Trois jours d’échanges et d’enseignement

Santé publique France donne rendez-vous à tous les professionnels impliqués dans le secteur de la santé, du social ou encore de l’éducation (acteurs de santé publique, institutionnels, scientifiques, associations et réservistes), au Centre Universitaire des Saints-Pères à Paris, pour 3 jours de conférences et de débats. Près de 1000 participants sont attendus. Des représentants de Santé publique France et des intervenants externes, français ou internationaux seront là pour traiter de sujets d’actualité et montrer comment leurs savoir-faire sont mis au service de l’action publique.

 Pré-programme et inscription sur : www.rencontressantepubliquefrance.fr

Paris Healthcare Week 2018 - 29-31 mai - Paris

le . Publié dans Passés

Pendant trois jours, du 29 au 31 mai 2018 toute la communauté de la santé se rassemble à la Paris Healthcare Week 4 salons et des congrès pour tous les acteurs de l’écosystème de santé.

Logo PHW PNG

Evénement unique en Europe, ce rendez-vous de tous les professionnels de la santé réunit pendant trois jours, près de 850 exposants (équipementiers, éditeurs de logiciels, fournisseurs, entrepreneurs de l’e-santé, fabricants de dispositifs médicaux, architectes, soignants, institutionnels…) rencontrent près de 30 000 visiteurs soignants, experts, décideurs et professionnels de santé impliqués dans le management, le numérique, l’équipement et la construction des établissements de santé.

La Paris Healthcare Week est organisée autour des salons de la Fédération Hospitalière de France (HopitalExpo, GerontHandicapExpo et HIT) et le salon Infirmier :

  • le salon HIT, leader de l’IT appliqué à la santé,
  • les salons HopitalExpo et GerontHandicapExpo, destiné aux professionnels pour la gestion, la construction et la transformation des établissements de santé,
  • le salon Infirmier, rendez-vous unique de toute la profession infirmière, acteurs essentiels du parcours de soins.

La Paris Healthcare Week 2018 met l’architecture hospitalière à l’honneur et accueille le 38e séminaire international du groupe de « santé publique » de l’Union internationale des architectes (UIA).

Programme et inscription sur www.parishealthcareweek.com

XIV° SANFI - 25-28 avril - Bordeaux

le . Publié dans Séminaire national

MAJ 05/02 : ouverture des inscription et présentation du programme prévisionnel

sanfi2018 bandeau

Le séminaire annuel des internes de Santé Publique #SANFI2018 aura lieu à Bordeaux du 25 au 27 avril 2018.
Cette 14e édition aura pour thème la PRÉVENTION.

Au programme : 5 demi-journées d'interventions et de tables rondes autour de la prévention.

  • SESSION 1 : De la prévention en dehors du système de santé : le défi des politiques publiques.
  • SESSION 2 : Quels obstacles à la prévention des risques : acteurs, enjeux et actions.
  • SESSION 3 : Réorientation du système de soins vers la prévention et la promotion de la santé : organisation et interaction des acteurs.
  • SESSION 4 : Efficacité, Efficience et Rentabilité : quel modèle d'évaluation pour la prévention ?
  • SESSION 5 : Informer et Éduquer en Santé : comment s'adapter aux changements sociétaux ?

Programme prévisionnel

Demandes d'annulations : en raison de plusieurs demandes suite à la grève des transports, le remboursement pour l’inscription au SANFI n’est malheureusement plus possible à ce stade.
Le remboursement pour le restaurant est possible jusqu’au vendredi 6 avril à minuit. Passé cette date, aucune demande de remboursement ne sera acceptée.

Actualités - Avril 2018

le . Publié dans Infos

2015 11 24 News

Actualités en santé publique :

Bioéthique : Démarrée depuis fin février, le consultation citoyenne en amont des États généraux de la bioéthique se poursuit jusqu'à la fin du mois d'avril, à la fois sous forme de consultation en ligne et de rencontres en région. Les 9 thèmes retenus sont : Cellules souches et recherche sur l'embryon, Examens génétiques et médecine génomique, Dons et transplantations d'organes, Neurosciences, Données de santé, Intelligence artificielle et robotisation, Santé et environnement, Procréation et société, et Prise en charge de la fin de vie. Cette consultation servira de base à la révision de la loi de bioéthique comme prévu tous les 7 ans. Site des États généraux de la bioéthique. En parallèle, la HAS a récemment publié un guide sur la mise en œuvre sédation profonde et continue maintenue jusqu’au décès. La Société Française d'Accompagnement et de soins Palliatifs profite de ces événements pour rappeler dans un manifeste son soutien à ce type de pratiques et leur encadrement, et rappelle les différences avec l’euthanasie à laquelle elle est opposée. Guide HAS Sédation continue / Manifeste de la SFAP

Vaccination anti-dengue : Les autorités philippines ont décidé d'attaquer le groupe Sanofi à propos du Dengvaxia, unique vaccin anti-dengue existant depuis fin 2015. Le produit est soupçonné d'être responsable du décès de 14 enfants depuis le lancement en avril 2016 de la campagne publique de vaccination, suspendue depuis décembre 2017. Si le vaccin est efficace pour lutter contre les formes secondaires graves de dengue, il peut en effet être dangereux pour les personnes naïves en simulant un premier contact et en entrainant une forme secondaire à la première rencontre réelle avec l'un des 4 sérotypes du virus. C'est pourquoi le vaccin a été indiqué uniquement dans les zones de forte endémie et à partir de 9 ans, et depuis novembre 2017 uniquement si la personne a déjà été en contact avec le virus. Le laboratoire a accepté de racheter les doses inutilisées par les Philippines mais refuse de rembourser l'intégralité des frais de la campagne étant donné l'impact sur la morbi-mortalité liée à la dengue d'une telle démarche. A noter que la campagne publique de vaccination est maintenue dans d'autres pays comme le Brésil ou Singapour, et que l'Agence Européenne du Médicament étudie encore la demande d'AMM sur son territoire. Ainsi, malgré l'épidémie de dengue acutellement en cours à la Réunion (plus de 500 cas confirmés depuis janvier 2018) le vaccin n'est ni autorisé, ni indiqué. Un nouvel avis de l'OMS est attendu. Dossier thématique sur la dengue (Sanofi) / Note de synthèse de l’OMS sur le vaccin contre la dengue – juillet 2016 / Dossier Science & Avenir / Dengue à la Réunion (actu SPF)

Lutte anti-VIH en Afrique du Sud : Afin de lutter contre la diffusion du VIH en Afrique du Sud, des ONG expérimentent de nouvelles actions visant à faciliter l'accès aux soins. Le prise en charge du VIH en Afrique sub-saharienne est compliquée pour des raisons aussi bien pratiques (accessibilité des centres de santé, attente) que culturelles et sociologiques. Ainsi, Unitaid tente un projet de distribution gratuite d'autotests VIH au plus proche de la population : des tentes installées à proximité de supermarchés et tenues par des habitants locaux. Les passants peuvent récupérer un kit de test à faire sur place ou à domicile en 20 minutes. De son côté, l'association Right ePharmacies a mis en place des distributeurs automatiques sécurisés de médicaments. La délivrance des produits peut ainsi être effectuée en quelques minutes, limitant la stigmatisation des malades. Pour le moment ces initiatives sont bien accueillies par le public et visent donc à être plus largement mises en place. Reportages : AFP - Le Monde

Dosage du PSA : Un article publié le 6 mars dans le JAMA donne les résultats d'une étude menée durant 10 ans sur l'utilité du dosage du PSA dans le dépistage du cancer de la prostate. L'étude en question conclut à l'absence de baisse significative de la mortalité et à l’augmentation du nombre diagnostics de cancers bas-grade. Ceci est en accord avec la politique française actuelle de ne pas généraliser ce dépistage. Les urologues continuent néanmoins à soutenir cette pratique car elle permet de dépister les cancers à un stade plus précoce, avec une plus grande chance de guérison et une moindre morbidité liée au traitement. Article JAMA / Communiqué de l'AFU (décembre 2016)